dimanche, décembre 4, 2022
11.9 C
Alger

Crise algérienne : proposition d’une solution globale de transition consensuelle

Trop simpliste l’idée de se débarasser d’un régime politique archaïque puis lancer des élections qui introniseront « une majorité »comme si l’archaïsme était propre au régime et non pas à la société algérienne dans sa globalité.

L’Algérie a subi de nombreux traumatismes durant les 315 ans de domination ottomane, 132 ans d’occupation francaise et 58 ans d’anarchie post « independance « . Ces 505 ans de traumatismes nous ont infligé autant d’années de retard politique, culturel, économique et social.

Par conséquent, les élections qu’elles soient truquées comme d’habitude par le régime ou influencées par des prédicateurs usant de religion pour transformer l’acte civique de voter en un « devoir religieux  » ne règleront pas la crise algérienne et risqueront même de l’aggraver.

Une crise tridimensionnelle

Notre crise est tridimensionnelle. C’est une crise civilisationnelle, d’alternance politique et de gouvernance. C’est pour cette raison que la solution à cette crise tridimentionnelle doit être globale afin de règler les archaismes du régime politique tout en règlant les archaismes d’une société handicapée par un retard de plus de 500 ans !

La crise civilisationnelle

Elle est commune à l’Algérie et au monde musulman dans sa globalité. Elle remonte au 7e siècle de l’hégire (13e siècle après J.C ) quand le courant le plus rigoriste de la pensée islamique imposa aux musulmans une lecture littéraliste du Coran et de la Sunna transformant ainsi les fidèles en de dociles sujets obéissants qui se contentent d’imiter les anciens ( salaf ) sans réfléchir ni s’interroger. Cette crise civilisationnelle se distingue par l’hibernation de la pensée rationnelle qui sera énergétiquement et systématiquement bannie. C’est ainsi que la philosophie sera dénigrée puis interdite, les philosophes diabolisés et exilés ; les femmes marginalisées et réduites au silence. La lecture et les publications seront progressivement abandonnées laissant place à une tradition orale faite de charlatanisme et de sacralité d’une ignorance transmise de génération en génération, d’où l’entrée officielle du monde musulman depuis le 7e siècle de l’hégire (13e siècle J.C) dans ce que Malek Bennabi appelait la post-civilisation.

La crise de l’alternance politique

Post-civilisées, les sociétés musulmanes, y compris la société algérienne, sombrent dans l’ignorance, la démesure, l’injustice, le sous développement, les occupations étrangères et la violence. Cette régression transforma les sociétés musulmanes en sociétés pré-politiques dans lesquelles l’accès au pouvoir, le maintien et la destitution se font par la violence alors que dans les sociétés politiques, l’accès au pouvoir, son exercice et son abandon se font de la façon la plus calme et sereine selon des normes d’alternance pacifique.

La crise de gouvernance

Une société post civilisée et pré-politique sombre dans la médiocrité. C’est ce qui explique actuellement en Algérie la marginalisation des véritables élites et l’arrivée au pouvoir de groupes opportunistes corrompus et incompétents. Ces contradictions débouchent inévitablement sur une crise de gouvernance.

Par ailleurs, si une personne souffrante nécessite en moyenne 12 à 15 jours de convalescence, un pays en crise nécessite une convalescence ou un redressement national de 12 – 15 ans !

Notre faillite est donc totale, notre responsabilité est collective et la solution ne peut être que consensuelle. Nous devons admettre que cette faillite est liée à nos comportements et nos mentalités dont les plus patents sont :

  • La vision sécuritaire de la gestion du pays.
  • L’attrait du butin.
  • L’extrémisme religieux.
  • L’extrémisme ethnique.

Ces mentalités et ces comportements sociaux nous ont conduit à une faillite généralisée. Aussi, la sortie de crise est-elle l’affaire de tous les Algériens et Algériennes et exige ce qui suit :

  • La transformation du mandat du Président Tebboune en un mandat de transition de 3 ans par l’organisation en 2022 d’une élection présidentielle anticipée.
  • Une amnistie générale.
  • Le retrait graduel du commandement militaire de toute activité politique sur une période de 3 ans.
  • La formation d’un gouvernement d’union nationale composé de technocrates et de personnalités du Hirak.
  • L’organisation d’un débat national dans le cadre d’une conférence inclusive.
  • La désignation selon un mode consensuel d’une commission indépendante chargée de l’organisation et l’observation des élections.
  • La libération de tous les détenus d’opinion et de tous les opposants politiques.
  • La mise en veilleuse momentanée de l’islam politique compte tenu des données géopolitiques nationales, régionales et internationales. De ce fait, les partisans de l’islam politique s’engagent de la façon la plus pragmatique à se contenter durant la phase de redressement national ( 12 -15 ans ) d’influencer le partage du pouvoir sans l’exercer ni le réclamer ce qui éviterait au pays les conflits idéologiques tout en nous évitant les pressions extérieures.
  • L’adoption de l’emblème du 1er Novembre 54 comme emblème national et culturel surtout que notre amazighté plusieurs fois millénaire n’a pas besoin d’un emblème.
  • La fondation d’une école moderne ouverte aux sciences et sur le monde.
  • La mise à jour d’une pensée islamique en hibernation depuis 800 ans.
  • La contribution active à la concrétisation d’un Grand Maghreb Fédéral aux complémentarités économiques, politiques et culturelles tout en adoptant une politique de défense militaire maghrébine commune.

Par Dr Abdelhak Serrab

Plus d'articles

3 Commentaires

  1. Un regard rétrospectif intéressant, une analyse minutieuse des réalités socio-politiques et socio-économiques, et une sérieuse réflexion autour d’une solution de transition consensuelle … en somme, un travail intellectuel bien ficelé.
    A la lecture de la succession d’événements politiques à travers l’histoire, et des solutions d’ordre politique émises aujourd’hui, on se retrouve dans une approche discursive qui pourrait être considérée comme téléologique ( par sa finalité ). Un écrit à lire et à exploiter avec intérêt.

  2. Un regard rétrospectif intéressant sur le pays, une analyse minutieuse de la réalité socio-historique et socio-politique, et une sérieuse réflexion autour d’une solution de transition consensuelle … en somme, un travail intellectuel bien ficelé. A la lecture de la succession d’ événements politiques à travers l’histoire, et des propositions de solutions d’ordre politique aujourd’hui, on se retrouve dans une approche discursive qui pourrait être considérée comme téléologique (par sa finalité). Un écrit digne d’intérêt, à lire et à exploiter à bon escient.

  3. Oui je suis tout à fait d’accord avec sa mais sa me semble c »est rêve
    Le problème c la façon comment on arrive a appliqué cela ??????

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les derniers articles